Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 13:28
Qui en est où de l'amour ?

            La route s’en venait par des chemins tranquilles. Le Camion, à son habitude, suivait gentiment. Le réveil fou, un peu mélancolique, rêvait d’amour et voulait finir son poème :

            « Mignonne, allons voir si l’osmose arrose nos contrées moites »

            mais pour l’instant il avait l’inspiration à peu près à l’altitude de « pâquerettes en boîtes », à son avis ce n’était pas vraiment une rime riche. Il avait connu des nouilles qui rimaient beaucoup plus, même s’il ne se rappelait pas comment : le dieu fou ? Dominique ? non ! Pourtant il l’aimait bien à Dominique, surtout quand elle le berçait avec ses doigts subtils à la caresse imperceptible. Combien de nuits douillettes avait-il passé dans l’échancrure des lendemains qui sont venus beaucoup plus tard. Et même quand le dieu fou lui tapait sur la tête – ce qui arrivait implacablement au jour de ces lendemains-ci – il n’avait jamais avoué cette faiblesse qu’il avait pour Dominique. De toute façon, le dieu fou lui donnait le mal de mer.

            Le réveil fou se replongea dans son poème :

            « Mignonne, allons voir si l’osmose arrose nos contrées moites »

            Quand le temps viendra, faudra que je lui montre, se dit-il. En effet, son ami le temps lui avait fait dernièrement découvrir quelques facéties dont la nature se rendait parfois coupable :

            « Une charogne infâme, sur un lit semé de cailloux, »

            « Les jambes en l’air comme une femme lubrique, » (…)

            Il y avait une idée derrière la bête. Même si « Les Fleurs du Mal » de Ronsard n’était pas son livre de chevet préféré – il lui faisait penser à un éditeur ambidextre de la fesse et de l’ouïe – il aimait beaucoup certains vers :

            « Coq aux crocs à poils mous, »

            « La cuisse absente fait mur ! » (…)

            Ceux-là faisaient mouche en son petit cœur tendre et le comblaient de doute quant au soi-disant apocryphe « L’Age Post-pubère de l’Os », aux éditions « Poésie pour Tous », du préhistorien, pourtant célèbre, Sigmund Baudelaire. Certaines fouilles avaient d’ailleurs révélé que l’Os, on ne se le mettait pas dans le nez ou dans la poche mais sous le bras.

            Bon, revenons à ma bergère, se dit le réveil fou :

            « Mignonne, allons voir si l’osmose arrose nos contrées moites »

              Un grand coup de pied dans les côtes et : « Tu es la honte de la gent horlogère ! » hurlé par le dieu fou, remit la suite du poème et des chemins tranquilles à plus tard.        
                                                         (…suite)

Partager cet article

Repost0

commentaires