Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 10:00

  …et le septième jour…

 

 

            Le dieu fou, encore plus fou que d’habitude, piétinait sa colère à grands cris :

            « Alors toi, tu crois qu’une femme c’est comme une dépanneuse ! Non mais, tu veux me faire passer pour quoi !?...déjà que… »

            Le Camion avait les bronches aussi coincées que lors de son dernier rhume.

            « Bon, c’est vrai que des fois c’est vrai », continua le dieu fou d’une voix radoucie, « mais c’est pas une raison ! » hurla t’il.

            « Tu veux que je te fasse une exégèse du trottoir, toi qui es tout le temps collé contre ? »

            Eh ! et lui, il la rencontrait où Dominique, sur les arbres ?

            Tout en s’étranglant, le dieu fou se mit au volant du Camion et ils s’enfuirent tous les deux vers des contrées moins chargées d’opprobres à venir.

            La route étant parfois ce qu’elle est, il neigeait. Bas. Même en descente. Le Camion ronronnait dans sa torpeur habituelle en se disant que de toutes façons, il n’en était pas à une dépanneuse près.

            Et les flocons tombaient. Et les panneaux défilaient : « Danger : chute de pierres » - « Chute d’arbres » - « Chute de neige » - « de grêle » - « de pluie » - « de verglas » - « de vaches » - « de gazelles » - « d’avions »…

            Et quand le Camion vit : « Danger : chute en contrepet », il ne fit aucune remarque au dieu fou, mais se dit :

            « Bof ! Qu’importe la pente pourvu que fonde la neige !... »

                                                       (...suite )

Partager cet article

Repost0

commentaires